Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh

French Literature I

User Rating: / 0
PoorBest 

 

Voix du monde

 

Littérature Française

 

Pascale Madeleine sur l' Asphalte de Lyon

 Pascale Madeleine

 

" La vraie sagesse dans la vie consiste

à voir l'extraordinaire dans l'ordinaire "

© Pearl Buck

 

Pascale Madeleine est née  en 1960 à Paris dans le XIVème arrondissement.

Elle est détentrice d'un Diplôme Universitaire de Formateur d'Adulte depuis 1994, suivi d'une Licence en SCiences de l'Education en 1998 à L'Université Lumière Lyon II.

Depuis 1996, elle a enseigné dans divers Instituts de Rééducation, et aussi à l'Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique de la région lyonnaise où elle côtoie des enfants handicapés et socialement défavorisés.

Ces institutions reçoivent des jeunes en échec scolaire, déscolarisés pour certains, en grande difficulté psychologique.

Les derniers de la classe, les « laissés-pour-compte » l’ont toujours interpellée, touchée. Ainsi, son inspiration s'ancre dans les chroniques, la cruauté des hommes ou dans les histoires familiales dans ce qu'elles ont d'universel.

Elle a étudié la question des lignes de vie des jeunes de l’institution, analysé les raisons de leurs  échecs et cherché comment revaloriser l’image de soi dans un travail universitaire afin de déceler les motivations particulières qui amènent un individu à s’inscrire dans un projet de vie.

Elle est très influencée par l’œuvre de Pierre Bourdieu, lorsqu' il s’efforça de montrer que le système d’enseignement exerce un « pouvoir de violence symbolique », qui contribue à donner une légitimité au rapport de force à l’origine des hiérarchies sociales.

Chemin faisant, elle s’intéresse à la sociologie et acquiert un Master de Sociologie Appliquée au Développement Local en 2008.

Aujourd'hui elle est auteure à plein temps, dans la lignée de ce travail universitaire, elle se lance dans l'écriture d'un roman, un court roman retraçant le parcours d’un illettré dyslexique « Cœur de pigeon » aux Editions Léda.


" Trois histoires sur fond d’humour noir. Cœur de pigeon, Louis est un croque mort illettré et dyslexique ! Il découvrira pourtant les livres grâce à son oncle, un peu anar, un peu fêlé, grand amoureux de la nature. La Wallonne, Léa est née en Belgique, poussée par sa mère dans un couvent. Un père absent, dont elle se souvient telle une grande ombre à moustaches blanches. Pour ses larmes. Soledad, bardée d’humour, continue à s’occuper d’une mère qui ne l’a jamais acceptée. Trois chemins, trois personnages. Chacun tente de prendre une revanche sur la vie..."


Elle écrit un deuxième roman " Verdines " paru aux Editions Kirographaires.


Livia, une jeune femme d’origine Tsigane part à la recherche de sa mère en Roumanie, partie vingt ans plus  tôt. La jeune femme se débat entre une histoire collective et le secret de sa propre histoire. Un voyage fait de rencontres, celle de familles Tsiganes, et celle de Victor, un guitariste déjanté qui traverse la Transylvanie à vélo…


Et récemment ….

" Petits accidents de la vie"

" Ben, c'est pas grave, parce que le môme, c'est un psychopathe qui fout les chiens du quartier dans l'eau de Javel, qu'ils sont tout décolorés, et qui croit que tous ses voisins le regardent de travers, et qui terrorise la petite vieille de la maison d'en face en faisant mine avec son index de lui trancher la gorge.
Alors c'est bien fait pour lui ! Pour le gros Jim, tu sais bien que ce n'est rien, que ce n'est pas important ...
Il me fait du bien quand tu n'es pas là. Et tu n'es pas souvent là, toujours par monts et par vaux... Et pis, j'ai même pas baisé avec lui en plus ! Alors t'as rien à craindre, et pis même si je baisais avec lui, ça serait pas grave parce que c'est toi que j'aime. Mais je suis toujours seule, tu vois, et j'aime pas être toute seule. Je me suis mise à picoler, oh au début, un verre, mais maintenant je bois même quand tu es là...Envie de me foutre en l'air, à force de t'attendre. Le gaz.... Ouais, je sais tout est électrique à la maison. Je ressortirais bien le vieux revolver de ma mère, celui que j'avais piqué, j'avais peur qu'il s'en serve ce con ! Tu te rappelles ? Et en plus, ça ferait une jolie tache sur ton tapis... Celui que tu aimais tant, je ne sais pas pourquoi, parce que franchement il est vraiment à chier ce tapis !
Mais me foutre en l'air me fout la trouille... J'sais pas ce qu'il y a derrière... Pis dans un fauteuil... Tu ne m'achèveras pas, hein ? Pis, tu sais que je t'ai dans la peau, d'abord, que je ne peux pas être sans toi. Alors j' sais pas pourquoi t'en fais toute une  histoire ! Ce n'est même pas vrai que j'aime les borgnes, en plus. Tiens, c'est quoi comme bête, un libidineux ? Ta mélancolie »

 

A l’heure où le fil noir ne se distingue plus du fil blanc, « Petits accidents de la vie » défile en diaporama  de tranches de vie subtilement effilées.  Pascale Madeleine, laisse ses yeux grands ouverts, ne triche jamais quand l’hôpital se fout de la charité, Elle écoute cette mécanique du cœur, elle refuse le camouflage de la réalité, elle a des mots qui sonnent justes, parce que sans cette exactitude, il serait vain de croire que l’on puisse encore souscrire en notre humanité.

« Dette de sens » s’est inscrite dans le langage du 21ème siècle avec ses mensonges, sa crise, la dérive des âmes, consentie ou subie, l’errance de la fraude des mots dans la perversité de la cité, la précarité institutionnalisée.

L’accent « grave » qui exclut toute idée d’enjouement, de plaisanterie, de gaieté, délie la langue Rap-peuse  d’une jeunesse en recherche de sincérité, « on s’en fou ! », emphase symbolique, négation de l’être et des choses de la vie décadente, « je kif grave » ré-appropriation de l’existence du Moi, sous les décombres de la France profonde.

« Petits accidents de la vie » est un recueil de nouvelles ! Des petites histoires vraies, récoltées de-ci de-là, qui vont vous remuer les tripes, peut-être vous empêcher de dormir, parfois vous réjouir.

Des vies apostrophées, monotonie d’angoisses, danger de non-assistances !
Ne parlez pas de chantage affectif … Ne parlez pas de ces enfants captifs juste derrière chez vous…Ne dit-on pas que la phrase affective est désorganisée par la vulnérabilité ?
 « L’enfer c’est les autres ! », ellipse singulière sous la gestion de nos manques et de nos besoins.
Les gens n’aiment pas qu’on les remette en question… Essayez le « parler vrai » avec votre  entourage, vous entendrez chuchoter « son auréole la serre ».

Hypothéquer l’amour au nom de la sacro-sainte liberté ! Alors le langage utilise le fameux procédé d’inversion «  je prends, je prends pas ! » l’émotion s’organise entre les exclamations interrogatives, les formes d’insistance, pour s’effacer dans le « cela a toujours existé ! »

 

« Ce qui plaît à Jane, c'est poser des questions. Les réponses, elle s'en fiche. Dans le métro, ce qu'il y a de bien, c'est que les gens, ils ne répondent pas. Ils écoutent les questions de Jane, puis passent leur chemin.
Les autres grandes personnes, comme la tutrice, ou la psy, répondent toujours à Jane que la guêpe, elle ne peut pas entrer dans sa bouche, qu'elle n'a pas de fièvre, et que si un camion lui avait écrasé le pied elle ne pourrait pas afficher ce grand sourire !
Jane sait qu'elles se trompent.
Un jour quand elle avait cinq ans, quelque chose est bien renté. En elle. Son père était là. Elle trouvait ça crasse. Son père disait que c'était normal. Que tous les pères le font lorsqu'ils aiment leur petite fille. Pourtant, devant sa mère, lorsqu'elle est entrée dans la pièce, il s'est vivement levé, tout bafouillant, tout plein de sueur. Elle n'a pas eu l'air de trouver ça normal.
Elle l'a viré de la maison, sans mot dire, Pis elle a empêché Jane de le revoir. Elle lui a dit d'oublier. Alors Jane, elle n'en parle plus jamais. Elle parle juste de la guêpe.

Jane n'aime pas beaucoup se laver. Mais pour son anniversaire, elle s'est promis de se faire aussi propre que possible. Pour faire plaisir à sa mère.
Auparavant, elle va s'acheter une robe avec l'argent que lui a donné la tutrice.
Elle lavera ses cheveux gras.

Le 15 juillet, jour de son anniversaire. Elle arrive devant l'immeuble, accompagnée de sa tutrice.

Elles montent les escaliers, à pied. L'ascenseur est en panne.

- Tiens la porte est entrouverte, dit la tutrice.

Elle pousse la porte. Dans le couloir, la mère de Jane est étendue au sol. Son visage est bleu. Elle a le cou entouré d'une écharpe rouge. Dans ses mains se trouve le dessin de Jane.

Jane ne pleurera pas. Après tout, c'est son anniversaire. »

 

Style littéraire ou étude ethnologique des genres, ne parlez pas d’égalité à Pascale Madeleine !
Ce concept est vide de substance, il n’existe que si vous avez l’estomac plein de votre autosuffisance.
L’idée même de l’égalité s’exprime dans la multitude de disparités variables, elle ne se révèle que par la reconnaissance de l’inégalité, et lorsque la société vous la propose, elle vous parle de l’égalité devant la loi, l’égalité devant l’impôt, devant la justice… Devant… Devant …Devant !
Mais derrière les barreaux de nos certitudes, surgit le « cri » silencieux de Munch reposant tranquille sur nos pavés cartonnés, sorte de colmatage humain pour nos chaussées déformées.
On les appelle « les dommages collatéraux ». Ils sont connus de tous !  Des malvoyants, des sourds, et des muets que nous sommes alternativement, nous, les infirmes du cœur.

La souffrance reste inscrite dans la chair, dans les gènes. Elle marque, elle empoisonne, elle se transmet en mutant  en révolte ou en résignation. « Petits accidents de la vie » est écrit à la brosse plutôt qu’au pinceau. Il n’y a pas de misérabilisme …il n’y a pas de voyeurisme,  juste l’authenticité des mots et des situations, un juste équilibre à la frontière entre la culpabilité et la captation du sens.

Pascale Madeleine est une grande Dame, ne se contente pas de dénoncer les incohérences de la vie, elle a aussi joint le geste à la parole, retroussé ses manches et donne du son aux sans-voix dans son livre « Fringues, soupe & compagnie », donne du pain à ceux qui ont faim, donne son temps en maraudant avec ses amis.

 

"Fringues, Soupe & Compagnie"

 

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

"Le chaos n’étonne plus.
On s’en est accommodé…
Cette attristante figure, ses souillures, sa vermine,
son haleine alcoolisée parfois, dénaturent le décor. Il a tâté des ponts, des cartons, de la pluie qui ruisselle et s’insinue sous les vêtements, des nuits passées à déambuler pour ne pas mourir de froid. Les étés, à la chaleur écrasante qui coupe le souffle. Il est là à espérer une pièce, un regard, se réfugiant dans l’alcool quelquefois. Souvent, le désœuvrement, l’inutilité d’une vie, le poids des regards et la violence ordinaire le condamne la plupart du temps à se replier sur lui-même. Il dissimule
son visage derrière une barbe, ou le noir de la crasse. Dans les squares des cités, des petites vieilles s’assoient sur les bancs publics avec dans le creux d’un sac de papier, des graines, des miettes de pain rassis, qu’elles lancent aux oiseaux, invectivant les plus gros, les plus hardis qui empêchent les petits d’accéder à la nourriture offerte. Les pigeons sont comme les clochards, ils grignotent les restes. Les clochards sont comme les pigeons, seuls les plus forts s’en sortent… S’en sortent-ils ?"

 

Ce livre est auto-édité. Pourquoi ? Parce que les droits sont intégralement versés à l'association "Fringues Soupe & Cie" qui organise des maraudes auprès des sans-abri et SDF Lyonnais !

Le monde est "stone", ils  dorment les uns contre les autres, étendus sur l'asphalte pour se laisser mourir. Si toi, tu passes par-là, comme un soleil au milieu de la nuit, et que tu as encore envie de te battre pour l'avenir des tiens, fais un geste pour les empêcher de souffrir.

Cliquez Merci pour eux  !

Cliquez sur la couverture pour vous procurer le livre !

Livre sélectionné pour le livre du mois de mai 2014.

Livre sélectionné pour Voix du Monde French Literature I 

Marie-Christine Dehove

po Frenchwritersworldwide.com

 

Quand on lit du Pascale Madeleine

on pense à l'écriture des Frères Dardenne.

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

 

 

 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

World Book and Copyrigth Day

Journée  mondiale du livre et du droit d'auteur. 23 avril 1616. ...

Read more

The Unbearable Lightness of Being

  Insoutenable légèreté de l'&eci...

Read more

Synopsis de serge Lapisse

PROJET CINEMATOGRAPHIQUE  de Serge Lapisse   ...

Read more

Festival d'Avignon 2011...Marcel Zang

TOUT UN PROGRAMME  18 juillet 2011   "La parole vien...

Read more

A beautifull proof of love....Andrée Chedid.

Une belle preuve d'amour…   Andrée Chedid. Hommage à Andrée...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

French language verb puzzles

This Pin was discovered by 'Ena Jenkins. Discover (and save!) your own Pins on Pinterest. | See more about puzzles, french language and languages.

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:2022 Flash

Read more

2014 Cannes Film Festival preview

The 83-year-old filmmaker -- the most radical proponent of the French New Wave (and beyond) -- comes to ... View the French-language trailer: ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2171 Flash

Read more

Klinsmann Raises Language Issue W…

His primary language is French, not English, raising concern that he would be able to communicate with the Belgian players, but not the Americans.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1982 Flash

Read more

Protecting the French language &l…

Protecting the French language is high on the Liberals' priority list, said ... of Quebec's so-called language police but Bill 14 died on the order paper.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1948 Flash

Read more

Teacher of French Language - Sept…

Apply for Teacher of French Language - September - Brent in Brent on Guardian Jobs. Full Time position working for ACADEMICS LTD.

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:1940 Flash

Read more

French school board elections May…

Voting for French language school board trustees is scheduled for later this month, but only two elections are required for the six zones the board ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:8683 Flash

Read more

France carrier SFR to roll out Wi…

Leading France wireless carrier SFR will roll out the over-the-air update to ... service Cortana, though it is unlikely to work with the French language.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:2060 Flash

Read more

French language

French Language News

Administrator - avatar Administrator 04 Mar 2014 Hits:2611 Flash

Read more

French on the Web: Quebec Court L…

What next, he's going to say that English and other languages are actually equal to French? Surprisingly he has the very nerve to do so and argues ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2070 Flash

Read more

Montreal to host French language

The meeting is part of David's action plan to protect and promote the French language 40 years after Robert Bourassa's Liberal government declared ...

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1990 Flash

Read more