Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh

MK Sabir 's open Letter

User Rating: / 0
PoorBest 

« Lettre ouverte »

de

Sabir M.K.

 

 

voix sans trace © mauricio jacome perigueza

" Trace sans voix " © Mauricio Jacome Perigueza

 

 

 

Je suis arrivé au bout de ma clope et déjà vidé mon verre de whiskey et je ne vois toujours rien d’intelligent à dire pour cette « lettre ouverte » que l’on m’a proposée.

Déjà, la notion même de « lettre ouverte » est un oxymore ; j’ai souvent écrit des lettres dans ma vie, à ma famille quand je faisais mon droit en France, à mes copines pour leur dire combien je les aime, à mes « ex » pour leur dire combien je les déteste, à d’anciens patrons pour leur demander des lettres de recommandation, à des éditeurs pour leur lécher le cul et leur dire combien j’ai toujours rêvé d’être publié dans leur maison, qui se démarquait des autres, chose que j’ai écrite à la virgule près à d’autres éditeurs, je n’ai fait que changer le nom de la maison d’édition… mais de « lettre ouverte », jamais.

C’est alors que je me rappelle de ce que dit un Romain à Obélix dans Astérix chez les Helvètes : dis tout ce qui te passe par la tête !

Je m’en vais donc suivre ce conseil éclairé et coucher sur ce papier blanc virtuel de Word tout ce qui me trotte par la cervelle.

La lettre ouverte, c’est comme une bouteille à la mer : une tentative désespérée, vaine, de se faire entendre. Elle est souvent pleine de vœux pieux et s’adresse en général à des politiques ; elle prône la paix dans le monde, la fermeture des centrales nucléaires, l’éradication de la pauvreté et autres balivernes du même tonneau. Elle baigne dans des sentiments mielleux et donne bonne conscience aussi bien à ceux qui l’écrivent qu’à ceux qui la lisent. La lettre ouverte, c’est encore la montée du gardien de but dans la surface de réparation adverse sur un corner lors d’un match de foot, alors que son équipe est menée au score et qu’il reste quelques secondes à jouer. Il a ce fantasque espoir qu’il pourra marquer de la tête et ainsi être le héros de la rencontre.

J’ose croire que ce n’est pas cela que l’on attend de moi, car « on » serait déçu.

Ce n’est pas dans mes intentions de faire ici l’éloge de la littérature, car une telle chose n’existe pas. Je ne suis pas platonicien, je n’essentialise pas les concepts. J’ai plutôt envie ici de me faire plaisir et de tirer à boulets rouges sur une espèce qui est apparue   il n’y a pas si longtemps mais qui désormais pullule, à savoir les écrivains Facebookers.

En effet, depuis l’avènement de ce réseau social, tout un chacun se croit touché par la grâce, et croit que ce qu’il écrit est assez intéressant pour le partager avec autrui.

On interdit les films pornographiques à la télévision, car on considère qu’on ne peut imposer de telles images à un public non averti, seulement ceux qui y consentent, qui sont abonnés à canal par exemple, y ont droit. On devrait, dans le même ordre d’idées, interdire les gens de publier toutes leurs conneries d’ébauches de textes sur Facebook. Imaginez la scène : candide que je suis, j’ouvre ma page Facebook pour y consulter mes messages et je tombe sur quelques pépites littéraires recueillant des dizaines et des dizaines de « like », assorties de commentaires tous plus élogieux les uns que les autres. Bordel ! j’ai failli avaler ma clope !

Des pensées, poèmes, débuts de roman, tous les genres littéraires y sont représentés, et si on en croit ceux qui commentent, nous sommes ici en présence d’un futur James Joyce ou du nouveau Bukowski (bien entendu, ils ne citent ni l’un ni l’autre, étant bien souvent trop incultes). Car, en effet, qui osera, qui sera assez téméraire, pour écrire sur un texte qu’un « ami » aura posté : « De la merde ! » ou encore « Tire-toi une balle, tu rendrais service à la littérature ! » Non, les écrivains Facebookers ne reçoivent qu’éloges et encouragements ; ce ne sont pas des écrivains car ils ne risquent rien.

Et écrire, c’est risquer. À chaque mot que l’on fouette sur la page, on risque sa réputation, on risque l’humiliation. Et surtout, on risque de ne pas trouver le mot suivant. L’écriture, ce n’est pas une diarrhée verbale, ce n’est pas un épanchement, c’est encore moins une psychanalyse. On n’écrit pas pour se faire du bien, on n’écrit pas parce qu’on aime les autres. On écrit car on n’en a rien à foutre des autres. Car on n’en a rien à foutre de la vie.

Je ne crucifie pas ainsi Facebook par pure délectation de la provocation, quoique  il y a de ça aussi, ni par esprit réactionnaire, mais par ce que ce monstre de Zuckerberg a cette faculté de réveiller nos plus bas instincts, et le plus bas de tous, c’est l’instinct grégaire ; il fait naître en nous un esprit de troupeau. Nous sommes devenus des « putes de l’attention » ; ce sera à quelle pétasse qui mettra la photo la plus sexy, à quel fils de riche qui se prendra en photo avec la plus grosse bouteille de champagne, et surtout, ça fait croire aux gens que leurs petites vies insignifiantes ont quelque importance. J’ai mis deux sucres dans mon café ce matin, je vais partager cette information cruciale avec mes 297 amis. Je me suis coupé en me rasant, il faut bien que j’en fasse part urbi et orbi. Et je viens de pondre quelques lignes époustouflantes, décapantes, palpitantes, exubérantes, je vais en faire profiter toute ma petite clique qui ne lit du Kundera que pour pouvoir en parler dans les salons, épater la pouffiasse qui aura trop lu Jane Austen, dans le secret espoir de lui ramoner la cheminée avant les douze coups de minuit, avant qu’elle ne se rende compte que notre cervelle est redevenue citrouille.

Et la littérature dans tout ça ? Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Nous n’écrivons plus pour nous-mêmes mais pour la galerie. Nous ne rentrons plus en nous-mêmes, nous nous faisons pénétrer par d’autres. Et nous arrivons à concilier cette double-pensée qui est une marque d’arrogance suprême que de croire que ce que nous écrivons a de l’importance avec un manque de dignité absolue en recueillant l’avis du premier benêt venu sur notre style.

Mais où sont donc passés tous les Arturo Bandini de la terre, ce personnage de John Fante, qui écrit en se croyant un génie des lettres et qui ne recherche que l’approbation de son éditeur qui a eu le malheur d’aimer une de ses nouvelles ?

C’est dans l’ADN de l’écrivain que d’être égocentrique. Il est l’archétype de cet être que décrit Max Stirner dans L’unique et sa propriété, véritable monstre d’égoïsme qui ne s’intéresse qu’à lui et à lui-seul. Pour parler comme Cyrano, déplaire est son plaisir, il aime qu’on le haïsse. Il est le reflet de ce marin à la jambe de bois qui n’a pour seule obsession que de se venger de la baleine blanche.

De quoi l’écrivain doit-il se venger ? D’être en vie.

Car la vie, après tout… c’est trop bizarre.

 

"Lettre ouverte" © MK SABIR

15 janvier 2013 pour Frenchwritersworldwide.com

 

 

en savoir plus sur  M.K Sabir 

etrangesattracteurs1

           "Etranges Attracteurs" 

Livre sélectionné pour le Livre du mois de janvier 2013.

 

 

 

 

 

 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

A beautifull proof of love....Andrée Chedid.

Une belle preuve d'amour…   Andrée Chedid. Hommage à Andrée...

Read more

Better Later than Never ...François Weyergans.

    Le quart d'heure académique… François Weyergans ! ...

Read more

World Book and Copyrigth Day

Journée  mondiale du livre et du droit d'auteur. 23 avril 1616. ...

Read more

Synopsis de serge Lapisse

PROJET CINEMATOGRAPHIQUE  de Serge Lapisse   ...

Read more

Meeting of French and American writers in New York .

  Meeting of French and American writers in New York ...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

Teacher of French Language - Sept…

Apply for Teacher of French Language - September - Brent in Brent on Guardian Jobs. Full Time position working for ACADEMICS LTD.

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:1854 Flash

Read more

Protecting the French language &l…

Protecting the French language is high on the Liberals' priority list, said ... of Quebec's so-called language police but Bill 14 died on the order paper.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1857 Flash

Read more

Host families needed for French s…

Host families needed for French students ... The student travel is made possible by Paris-based LEC (Language, Education, Culture). This story ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:1961 Flash

Read more

The Most Common Languages Spoken …

As you'd probably guess, the second-most common language spoken in ... Spanish blankets the country except for two French areas: in a handful of ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2007 Flash

Read more

Language classes embark on Defens…

The level IV French, Mandarin, and Spanish classes and a few AP French students will be heading to the Monterey Bay to attend Language Day at the ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:1953 Flash

Read more

UC Santa Cruz students present foreign <…

Ellis, now a professor emeritus of French, is co-producing the 14th season of UCSC's International Playhouse, a free showcase of foreign language ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:1935 Flash

Read more

France carrier SFR to roll out Wi…

Leading France wireless carrier SFR will roll out the over-the-air update to ... service Cortana, though it is unlikely to work with the French language.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:1973 Flash

Read more

Jamia's offbeat language courses …

It's one thing wanting to learn a foreign language like French, German, Portuguese, Japanese or Italian. How about Pashto, Kazhaki, Turkmenin or ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:0 Flash

Read more

2014 Cannes Film Festival preview

The 83-year-old filmmaker -- the most radical proponent of the French New Wave (and beyond) -- comes to ... View the French-language trailer: ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:2077 Flash

Read more