Quotations
Registration Newsletter
Donate
Thank you for your support at French Writers Worldwide
Login
French Writers Worldwide
Abdelmajid Benjelloun
Abdelmalek Rochdi
Alaa al-Aswany
Alain Flayac
Alban Desire AFENE
Alexandre Depouzier
Andrei Makine
Anita Baños-Dudouit
Annie-Gardet
Arnaud Delcorte
Ask your questions
Audrey Ferraro
Bernard Leclaire
Caline Henry Martin
Caroline De Mulder
Charlie Bregman
Charline Effah
Chris Simon
Colette Fellous
Cristina fdjesus
Damien Personnaz
Daniel Leduc
Daniel Pagés
Diane Laure Okounde Simbou
Dominique Lancastre
Dorothee Leconte
Edna Merey Apinda
Elie Naleska
Elisabeth Charier
Eric Mansfield
Fabienne Vereecken
Fatou Diome
Fidji Broustet
Florian Rochat
Francine Grimard
Fulvio Caccia
Gaby Ferréol
Geneviève Francius
Ghislaine Sathoud
Guy Watine
Ian Surraville
Jacques Cauda
Jale Arditti
Jean-Fabien
jean-Jacques dupont-yokhanan
Jeanne Benameur
Jeffrey Littrell
Jibril Daho
Jocelyne Saucier
Julien Lootens
Khalid El Morabethi
Leliana Stancu
Lotis
Louise-Minster
Luc Lavoie
Luc Merandon
Marc KABA
Marcel Zang
Marie Cholette
Marie Fontaine
Marie Laberge
Marie-Christine Dehove
Mélanie Talcott
Michel des Fontanes
Monique Longy
Myriam Salomon Ponzo
Nadir Kateb
Nassim FERRADJI
Nassima Terfaya
Nathalie SOHOU
Nicolas Clément
Nina Minizen
Nourédine Zahri
Omar Tarawneh
Pablo Poblète
Pascal Marmet
Pascal Querou
Pascale Madeleine
Pascaline Alleriana
Patricia Oszvald
Patrick FORT
Patrick-Durand-Peyroles
Pie Tshibanda
Quraishiyah Durbarry
Raphael Confiant
Rémi Devay
Robert Notenboom
Romain Monnery
Sabir Kadel
Salome Mulongo
Samputho Nantarayao
Sandra djadi
Sandrine Virbel
Seddik Mahi
Serge Lapisse
Shantalh
SILVA Frédéric
Sona Reel
St Antoine de la Vuadi
Susie Morgenstern
Sylvain Bergogne
Sylvie Arnoux
Tanya Leroy
Teklal Neguib
Thierry Ledru
Thomas Galley
Verneuil Rémy
Vladimir Nicolas
Wictorien Allende
Worr Berstein
Yano Las
Yassir Mechelloukh

Interview de Mélanie Talcott... - Page 2

Article Index
Interview de Mélanie Talcott...
Page 2
All Pages

 

 

 

 

 

Je m’en souvenais. La vision verticale de l’un contre la vision horizontale de l’autre et la nécessité d’en faire la synthèse, si on voulait comprendre la totalité. Malheureusement, j’étais tantôt l’un et tantôt l’autre. Je me demandais si elle y arrivait.

 

Elle remplit mon verre. Je commençais à être un peu éméché. Je la regardais. Elle avait quelque chose d’Anna Magnani, peut-être son béret ou alors parce qu’il émanait d’elle cette force que certains êtres ont pour avoir su assembler les pièces de leur puzzle intime. J’essayais un autre registre.

 

- J’ai beaucoup aimé Shamaël, la suivre dans ses errances humaines…

 

- Je l’ai inventée… Enfin pas vraiment, c’est un peu l’aïeul de tout le monde des Cavaliers de Kessel. On l’a tous en nous, cette petite voix, cette féminité que malheureusement, on écoute rarement.

 

J’hésitais à le lui dire. La peur du ridicule. Dans son ouvrage, elle parlait aussi d’un ordre fédérateur, invisible et très ancien, un ordre féminin dit de Magdalena et de la Roue, une technique simple qui reliait chacun avec le Tout.

 

- J’ai fait une Roue.

 

Elle ne fit aucun commentaire. Cela sentait rudement bon.

- Ma fille prépare le repas pour nous tous et j’espère bien que vous ferez honneur à son excellente cuisine. Vous aurez certainement plus de chance que si c’est moi qui cuisine. Un jour, c’est bon, le lendemain, c’est franchement imbouffable…

 

- Pour en revenir aux Microbes de Dieu, il se vend bien ?

 

- Ben non… C’est à la fois risible et pathétique. Risible, parce que j’ai reçu des lettres de refus d’éditeurs - dont un qui s’excusait d’ëtre overbooké jusqu’en 2013 - qui me complimentaient sur sa qualité, sa belle énergie et sa belle sincérité, selon les mots de certains ! Somme toute, des fins de non recevoir plutôt sympathiques et je ne pense pas qu’ils l’ont fait pour la beauté du geste ! Pathétique, parce qu’ils ne sont plus fichus de prendre des risques éditoriaux et ce bouquin là fait aussi mal qu’il fait du bien. A tous les niveaux. Alors je l’ai édité moi-même, aidé en cela par une souscription. Parce qu’il est important que certains livres vivent, envers et contre tout.

 

- Et la promotion ?

 

- Vous êtes mieux placé que moi, pour le savoir… Auteur inconnu, éditeur inconnu… Double peine pour la promotion et si en plus, vous ajoutez mon trou du cul du monde ! Je l’ai envoyé à tout ce qui est censé faire chavirer le monde des lettres en France, télé, radio, presse écrite. J’ai fait un tri tout de même… Silence sur toute la ligne. Je ne saurai sans doute jamais s’ils ont reçu ou non, chacun accompagné d’une lettre personnelle, leur exemplaire des Microbes de Dieu !

 

- Cà ne vous fiche pas les boules ?

 

- Bien sûr que si ! Mais cela dure cinq minutes… Parmi toutes ces personnes, deux m’auraient réellement fait plaisir si elles avaient répondu. L’une, une femme, qui présente le journal tous les midis sur une chaîne de télévision et l’autre, un homme, qui présente à une heure invraisemblable, une émission littéraire chaque mercredi, sur cette même chaîne.

 

- Et pourquoi justement ces deux-là ?

 

- Cela ne regarde que moi, Archie… Il y a aussi un homme qui fait partie de ma bibliothèque à qui j’aurais aimé offrir les Microbes de Dieu. J’ai toujours apprécié sa façon d’écrire. Il s’agit de Pierre Viansson-Ponté. Il y a longtemps de cela, je lui ai écrit suite à une chronique qu’il avait faite sur le livre de Samuel Pisar, Le Sang de l’Espoir. Il sera sans doute l’un des seuls à m’avoir jamais répondu, une longue lettre.

 

- Vous faites des salons ? Et les libraires ?

 

- Pour la plupart, les libraires sont déjà submergés par les ouvrages publiés par les grands groupes éditoriaux. Et le turn-over est effréné. Vendre un auteur indépendant ou les ouvrages d’un petit éditeur qui a moins de cinq titres à son catalogue, représentent des frais de gestion supplémentaires qu’ils ne peuvent pas assumer. Quant aux salons, non seulement dans ma région ils sont peu nombreux, mais en général, ils sont plus source de dépenses - à tous les niveaux - que de profits. Les gens sont bien conditionnés, ils n’achètent pas un auteur dont ils n’ont jamais entendu parler. En outre, je suis une très piètre vendeuse. Je ne sais tout simplement pas faire…

 

- Et sur le Net ?

 

- Facebook est à l’image de notre société de consommation, tout le monde s’indigne, virtuellement on ne risque pas grand chose, mais personne ne s’implique… Aujourd’hui, il faut qu’une personnalité médiatique vous encense ou vous descende, pour que l’on parle de vous… à moins que je braque une banque ! Un jour où j’aurais plus les boules qu’un autre, je mettrais peut-être Les Microbes de Dieu en lecture libre sur le Net, tout en étant même pas certaine qu’il intéresse plus de personnes. Les gens n’aiment jamais être dérangés dans leurs certitudes. Oyez, oyez braves gens, dormez tranquilles…

 

- Et votre compagnon, qu’en dit-il ?

 

- Cela aussi ne regarde que moi, mais croyez-moi… c’est mon plus féroce critique. Ce sont les seuls moments où l’on s’engueule et où tout vole, les mots comme les feuilles de papier… Mais au fond, tout cela n’est pas bien grave. J’ai appris à ne pas tenir compte de l’opinion des autres, sauf des personnes que j’aime. J’ai appris à être le capitaine de mon bateau et croyez-moi, au début, je me sentais plutôt douée pour faire un bon marin. Je savais essuyer les tempêtes mais être au gouvernail, m’a coûté bien des gros coups de vent. J’ai fait mon boulot, et je l’ai bien fait. Je devais écrire les Microbes de Dieu, pas pour moi, sinon en hommage pour tous ceux dont je parle dans ce livre, du moins pour tous ceux qui ont réellement existé et que j’ai rencontré, pour Richard et pour Lady Eben, et aussi, entre autres, pour Max, le chauffeur de taxi.

corto28

- C’est bien dommage que votre livre intéresse si peu de monde, car il est aussi porteur d’espoir, ce dont on a bien besoin actuellement ! Permettez-moi une question personnelle, j’ai bien saisi que vous les éludiez… Vous êtes mélancolique par rapport à ce qui se passe dans le monde aujourd’hui, où tout semble se déglinguer ?

 

- Le monde, Archie, s’est toujours déglingué, comme vous dites ! L’Homme s’en est toujours chargé. Mais tout dépend de comment vous considérer tout cela. Si vous voulez y voir une rose ou un tas de fumier. Tout dépend de vous… C’est la chose la plus difficile. Rappelez-vous pourquoi dans le Cercle des poètes disparus, le professeur fait monter ses élèves sur la table…

 

Je m’en rappelais.

 

- Et vous avez d’autres livres sur le feu ?

 

- Un policier qui se passe en Inde et un roman dont l’intrigue se résume aux pensées d’une femme à qui l’on diagnostique une maladie d’Alzheimer et qui écrit un Traité de la Colère pour sa petite fille Léa… Deux styles différents, j’aime bien jouer… et trois mille idées en même temps… Un recueil de poèmes, en version epub.

 

A remettre le travail sur l’ouvrage, on le fait mieux, j’écris mieux qu’à trente ans et certainement moins bien que je ne le ferais à soixante-dix. J’ai plein de choses encore à apprendre. Certains font des maquettes de bateau, d’autres se passionnent pour les orchidées, moi j’écris. Un artisan du verbe… Mais je ne fais pas que cela, loin de là… Ma vie ne commence pas et ne finit pas avec l’écriture, elle s’y arrête parfois. Bon, on va dîner ?

 

Elle me présenta à son compagnon, bizarrement il me fit penser à Neill, à sa fille qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à son père, au mari de celle-ci, le jeune indien qui m’avait ouvert la porte, un Mogwly en chair et en os, et à Léa, sa petite-fille de quatre ans, au caractère déjà bien trempé. Un clan, mais qui savait faire de la place au passant que j’étais. On a beaucoup ri. Le Bourgogne aligoté était toujours aussi bon. Mélanie avait raison, sa fille cuisinait bien. Je leur ai raconté des histoires parisiennes, ils m’ont parlé de leur vie. Mogwly m’a raconté son Inde, avec pudeur. Une belle et dure leçon. Léa s’est endormie sur mes genoux. Il était temps de partir. Je n’en avais guère envie. Ces gens-là faisaient partie de ceux dont on aimerait qu’ils soient plus nombreux. En partant, Mélanie me glissa un livre de sa bibliothèque, L’Art d’être inutile d’Hugo Pratt.

 

Je ne lui ai pas demandée si elle aimerait lire l’article avant sa publication. Je savais qu’elle s’en fichait. Elle m’avait ouvert sa maison, une manière de me dire qu’elle avait confiance. Elle m’embrassa et me dit simplement : revenez quand vous voulez…

 

Cette interview, je l’ai inventée. Et pourquoi pas ? Elle est celle que j’aurais donnée si…

Néanmoins, tout ce qui est dit, est vrai…

 

J’en profite également pour faire appel aux éditeurs francophones (jusqu’au Canada) et espagnols. Peut-être, sont-ils plus courageux que leurs confrères français !

 

Cordialement,

© Mélanie Talcott.

 

Interview de Mélanie Talcott © Mélanie Talcott.

Lettre ouverte décembre 2011.

LIvre sélectionné du mois de Décembre 2011Les Microbes de Dieu.



 
Page Translation
Loading translations… loading
Part works fan club
The unmissable series
Let you touch !
Newsflash

The school of sincerity

Slam …The school of sincerity”Everyone can slam, it does not have ther...

Read more

La valse d'un printemps

  La valse d'un printemps   de    Serge Lapis...

Read more

A beautifull proof of love....Andrée Chedid.

Une belle preuve d'amour…   Andrée Chedid. Hommage à Andrée...

Read more

Grand Prix du roman métissé

Maryse Condé, Grand prix of the multiracial novel. ...

Read more

Derrière la caméra, Un écrivain

  Writer behind the camera    Cherche sp...

Read more
Babel Chat

Abandon de la langue maternelle

  Le silence est devenu sa langue maternelle     &n...

Read more

Babel of Cherkaoui

    "MOTS" de Sidi Larbi CHERKAOUI   Sidi Larbi Cherkaoui et D...

Read more

Babel Baby

    Babel Baby         Apprentissage des langues de nos petits ...

Read more

Babel B. A.-Ba

            BABEL B.A.-B...

Read more
Social Bookmark
Facebook MySpace Twitter Digg Delicious Stumbleupon Google Bookmarks RSS Feed 
Find us on Facebook..
Voices of the world

Swiss literature

    Voix du monde   Littérature Suisse   &nb...

Read more

French Literature II

    Voix du monde   Littérature Française   ...

Read more

Algerian Literature ll

  Voix du monde   Littérature algérienne    ...

Read more

French Literature I

  Voix du monde   Littérature Française    ...

Read more

Afghan Literature II

Voix du monde Littérature afghane    ...

Read more
F.W. W mobilephone
News Feeds
Prev Next

The Most Common Languages Spoken …

As you'd probably guess, the second-most common language spoken in ... Spanish blankets the country except for two French areas: in a handful of ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:3333 Flash

Read more

Delta students take top honours at Fr…

Two Delta students took home top awards at this year's pan-provincial French public speaking competition Concours d'art oratoire earlier this month.

 - avatar 14 May 2014 Hits:3187 Flash

Read more

Quebec's publishing scene taking the wri…

The Canadian province of Quebec has about 6 million French-speaking inhabitants. In comparison there are only 4.2 million French-speakers in ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:3896 Flash

Read more

Host families needed for French s…

Host families needed for French students ... The student travel is made possible by Paris-based LEC (Language, Education, Culture). This story ...

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:3307 Flash

Read more

Klinsmann Raises Language Issue W…

His primary language is French, not English, raising concern that he would be able to communicate with the Belgian players, but not the Americans.

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:3123 Flash

Read more

Jamia's offbeat language courses …

It's one thing wanting to learn a foreign language like French, German, Portuguese, Japanese or Italian. How about Pashto, Kazhaki, Turkmenin or ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:0 Flash

Read more

best results in Russian and French la…

... mathematics exams. The best results are said to be in English and French language exams, as reported by the State Education and Contents Centre.

 - avatar 30 Jun 2014 Hits:3283 Flash

Read more

The case against Belgium

It's true that chocolate, beer, and french fries are all hard to hate. ... What's more, in the early 19th Century the French language was very widely ...

 - avatar 01 Jul 2014 Hits:3629 Flash

Read more

UC Santa Cruz students present foreign <…

Ellis, now a professor emeritus of French, is co-producing the 14th season of UCSC's International Playhouse, a free showcase of foreign language ...

 - avatar 14 May 2014 Hits:3140 Flash

Read more